Alberte Vouillemy

« A l’oeuvre on connaît l’artisan »

- – - – - – - – - – -

Niches vides à jamais au front des cathédrales

Hauts lieux dont l’occident a oublié le nom.

Qui flétrira assez, morne révolution

Tes hordes avinées et leur fureur vandale ?

(…) Et Gisors est livrée au marteau d’un ivrogne

(…) Tant de Génie, d’Amour, jetés aux 4 vents

(…) Terre de Batisseurs et d’Ouvriers, Ma France

- – - – - – - – -

Extrait de poème d’Alberte Vouillemy (extraordinaire témoin de l’histoire

Institutrice modèle, transmettant l’âme et le cœur du monde avec sa poésie ! 

1000 Mercis ! E.V.



Laisser un commentaire

collegerondeaumusique |
studio mobile The Audio Domain |
GAMM EN CHOEUR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | W E E K E N D
| Lestatt Lo$t
| MUSIC EXCLUSIVE