Critiques Littéraire par L. DELORME

« Quand je pense à Elisabeth VALENCI, je me représente Diane chasseresse, si chère aux peintres de l’école de Fontainebleau. Mais une Diane qui aurait plusieurs cordes à son arc : la poésie, le dessin, le chant, la grâce… Cela devient toute une lyre.

C’est bien parce que les mots ne peuvent pas tout dire qu’on se prend à dessiner et parce que le dessin ne se suffit pas qu’on lui ajoute un commentaire. J’ai toujours cru à la polyvalence, en matière d’art : est-ce à cause de mon admiration pour Léonard de Vinci auquel on ne saurait se comparer ? L’art est étranger, L’art veritable à toute spécialisation qui est, sans nul doute, étranglement, restriction, « rabougrissement », si j’ose employer ce néologisme. » Non, ne suis pas homo ordinatus » nous dit  Elisabeth dans un de ses textes. Elisabeth, poète engagée ! On le ressent à chaque page d’elle, sinon à chaque ligne. Engagée dans la lignée de nos prédecesseurs, Villon, Baudelaire, Rimbaud…  Engagée contre la folie des hommes qui détruisent la nature et les êtres vivants, engagée pour  »la civilisation du partage » en dehors de laquelle l’humanité n’a pas grand avenir. Engagée aussi pour la  beauté, la grace (celle de Noureïev, celle que Simone Weil oppose à la pesanteur). Engagé pour ceux qui luttent, ceux qui cherchent, qui sont sources de vrai progrès, les vrais « phares », ainsi les nomme Baudelaire pour ce qui est de la peinture, de  l’humanité.

« La terre sainte » : l’auteur ne met pas de majuscule. On l’aura compris, il s’agit de notre terre à tous. Celle que nous devons  défendre et préserver,  celle qui est  mise en péril par l’action  inconsidérée de l’homme, en train  de signer sa propre condamnation à mort. Découvrez Elisabeth Valencic et vous ne pourrez que l’aimer. » 

Critique Litteraire par L. DELORME 

du livre poésie d’E. V. : « 18 degrés sur la terre sainte »



Laisser un commentaire

collegerondeaumusique |
studio mobile The Audio Domain |
GAMM EN CHOEUR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | W E E K E N D
| Lestatt Lo$t
| MUSIC EXCLUSIVE