Poème de Louis DELORME

L’école a fait de moi un homme, un citoyen ;

.

Dès que j’y fus entré, je tombai sous le charme

.

le maitre n’avait pas pourtant de gros moyens :

.

le tableau et la craie étaient ses seules armes

.

C’est là que j’ai noué les plus forts liens

.

quand la récré donnait le signal du vacarme ;

.

nous étions ennivrés par nos jeux aériens

.

où se mêlaient parfois les rires et les larmes.

.

J’aimais par dessus-tout l’histoire et le français :

.

Ma langue est le support de tout ce que je sais

.

Et je l’avais compris dès les classes primaires.

.

Qu’en est-il aujourd’hui pour nos petits-enfants ?

.

J’ai peur que ne soit plus si douce l’atmosphère

.

Et de penser cela, j’ai le coeur qui se fend.

Louis  DELORME

 

 

Ce poème qui vient d’un de nos plus beaux auteurs classiques, montre un poète qui travaille au plus simple.

C’est l ‘A R T de composer librement tout en maitrisant le feu de La Lettre ancienne.

(E.V.) 



Laisser un commentaire

collegerondeaumusique |
studio mobile The Audio Domain |
GAMM EN CHOEUR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | W E E K E N D
| Lestatt Lo$t
| MUSIC EXCLUSIVE